Des tests de pare-brise d'avion ont montré que les carreaux internes ont survecus les collisions. Image: CAAC-TV

La Chine : le CAAC effectue des tests de choc pare-brise d’avion-drone

Matériels & systèmes Politique • règlements • espace aérien

Le Civil Aviation Administration of China (CAAC) vient d’effectuer des tests de collision d’un c-drone avec les pare-brises d’une cabine de pilotage d’unavion de ligne, selon un rapport de CCA News et un film mise en ligne par CAAC.

Une équipe de chercheurs mené par CAAC, avec la participation de Nanjing University of Aeronautics and Astronautics, Northwestern Polytechnical University, Shanghai Aircraft Design and Research Institute, Dà-Jiāng Innovations (DJI), leader global de fabrication des c-drones, et experts en certification d’état de navigation, entres autres, ont effectué les essais le 30 novembre au site de tests du Aviation Industry Corporation of China Aerospace Life-support Industries (AVIC-ALI) près de Xiangyang, province de Hubei. Des c-drones Phantom de DJI ont été accrochés à une armature, hélices tournantes, puis mise en contact avec chaque pare-brise avant d’une cabine de pilotage de fabrication chinoise propulsé à haute vitesse le long des rails d’une piste d’essais de 6km.

A chaque passage, les pare-brises extérieurs ont cassé mais les panneaux internes ont tenu dans la section de cabine de pilotage, des résultats comparables aux tests de certification de collision aviaire. Les régulations du FAA et de l’EASA pour les grands aéronefs exigent une pare-brise capable de résister à un impact d’oiseau de 1.8 kg. (4 lb.), sans casser le carreau interne ; quant au c-drones, il n’existe pas à l’heure actuelle de régulations concernant une collision. Les c-drones modèle Phantom pèse environ 1.3 to 1.8 kg (3 to 4 lb).

Cependant, si des oiseaux et c-drones quadrirotor sembleraient comparables en gabarit et poids, les contours irréguliers, pièces métalliques, et batteries des c-drones posent un risque plus élevé aux pare-brises d’avions en cas de collision, selon une étude du gouvernement britannique en juillet. L’ingestion d’un c-drone dans un moteur à réaction sera également un événement à haute risque qui requiert des études.