Le Boréal peut voler pendant des heures et est certifié par la DGAC pour les opérations au-delà de la ligne de visée (BVLOS). Image : Boréal/Groupe Mistral

L’autorité maritime française teste un c-drone pour la surveillance de la pêche commerciale

Agriculture • mines • environnement Sécurité • autorités • contre-mesures

La Direction des Affaires Maritimes (DAM) et Collecte Localisation satellites (CLS) ont testé un c-drone à voilure fixe pour la surveillance des bateaux de pêche près de Saint-Brieuc en Bretagne, à une distance d’environ 20km (12 mi) au-delà de la ligne de visée (BVLOS).

Surnommé le « goéland orange » par les pêcheurs locaux selon un rapport de France Bleu, le c-drone Boréal a effectué deux missions de quatre heures les 20 et 22 novembre à une altitude de 150 à 610m (500 à 2000 ft), testant l’identification des numéros d’immatriculation des bateaux et de la stabilité par vent fort (plus de 80 km/h / 50 mph). Le braconnage des coquilles Saint-Jacques est un problème sur la côte ouest de la France et la surveillance maritime des eaux territoriales est généralement assurée par des aéronefs pilotés. Pour les essais, la Direction générale de l’aviation civile française (DGAC) a dégagé l’espace aérien sur la côte.

Le Boréal fonctionne à l’aide d’un moteur électrique, a une envergure de 4,2m (165 in), une longueur de 1,5m (59 in), pèse 25kg (55 lb) avec une charge utile de 5kg et selon son fabricant a une autonomie de 10 heures ou 1000km (621 mi) à une vitesse de croisière de 50km/h (31 mph). Il est lancé depuis une catapulte sur une remorque mobile ou installé dans un champ et peut voler sur une route préprogrammée, sous la surveillance d’un pilote qui prend le contrôle de l’approche finale et de l’atterrissage. Le c-drone est équipé de capteurs électro-optiques/infrarouges (EO/IR) pour la connaissance de la situation et l’inspection du site dans sa configuration de renseignement, de surveillance et de reconnaissance (ISR) et peut également être utilisé pour la LiDAR (Light Detection and Ranging) YellowScan et d’autres missions de cartographie.

La société Boréal a été fondée en 2011 par Michel Gavart et a rejoint en 2015 le Groupe Mistral, une société toulousaine spécialisée dans la géolocalisation des systèmes autonomes. La société sœur de Boréal, M3 Systems, fournit des services d’ingénierie en radionavigation par satellite (GNSS) et en gestion du trafic aérien (ATM).