Richard Parker, fondateur et PDG d'Altitude Angel et Andy Sage, responsable des drones chez NATS. Image : NATS

UK : Altitude Angel en partenariat avec NATS et Frequentis, pour une utilisation sûre du c-drone

Matériels & systèmes Politique • règlements • espace aérien

Altitude Angel de Reading, Berkshire au Royaume-Uni, une start-up fondée en 2015 spécialisée dans la gestion du trafic aérien de c-drones, a conclu des partenariats avec NATS, le fournisseur de services de navigation aérienne (ANSP) du pays avec des contrats internationaux, et Frequentis AG, un fournisseur mondial autrichien de communications vocales et de données essentiels à la sécurité vers les centres de contrôle, pour travailler à l’intégration du trafic de c-drones avec l’aviation conventionnelle. L’objectif déclaré est de permettre aux c-drones pilotés à distance et aux drones autonomes de partager en toute sécurité l’espace aérien avec des aéronefs, au Royaume-Uni comme dans d’autres pays.

À l’aide de l’infrastructure Frequentis, NATS intégrera les données en temps réel de la plate-forme de gestion du trafic sans pilote (UTM) d’Altitude Angel, GuardianUTM, qui reçoit déjà des plans de vol volontaires pour environ 5.000 vols de drones par mois au Royaume-Uni et fournit des données de sécurité d’environ 50.000 pilotes de drones enregistrés mensuels actifs. La base de données GuardianUTM détaille les restrictions d’espace aérien dans plus de 80 pays.

Auparavant, NATS et Altitude Angel travaillaient ensemble sur l’application smartphone Drone Assist, qui montre les zones de vol restreintes aux pilotes de c-drones, qui peuvent également publier volontairement leurs plans de vol à des fins de consultation par d’autres utilisateurs de l’application.

En octobre 2016, Frequentis a participé aux essais de la capacité technique UTM de niveau 2 (TCL2) de la NASA à l’aéroport de Reno-Stead, dans l’État du Nevada, aux États-Unis. La société affirme que ses systèmes de gestion du trafic aérien (ATM) sont tous « prêts au drone ».

Dans une vidéo publiée par NATS, Andrew Sage, responsable de drones, a déclaré: « Il ne s’agit pas d’un autre essai, prototype ou test de la technologie. C’est réel, il s’agit d’intégrer la capacité [UTM] dans nos opérations quotidiennes. Nous avons déjà intégré la capacité d’Altitude Angel à nos activités quotidiennes au profit de l’aviation générale. Très prochainement, nous allons également l’utiliser afin de permettre des applications d’espace aérien pour le compte d’exploitants de drones … maintenant , beaucoup de gens parlent d’UTM, ce qui signifie gestion du trafic sans pilote. Nous ne pouvons pas avoir un système fonctionnant pour un ensemble d’utilisateurs et un autre système pour les autres. Pour nous, il s’agit plus d’une gestion unifiée du trafic. Nous avons besoin d’un cadre commun capable de prendre en charge une multitude de différents utilisateurs de l’espace aérien, qu’ils soient habités ou non, dans la même partie de l’espace aérien, qui interagissent les uns avec les autres. »

Tagged