La plate-forme Uavia Robotics permet le pilotage et la surveillance des c-drones au-delà de l'horizon pour les applications industrielles. Image: Uavia

Airbus Ventures, Sofimac Innovation, Bpifrance investissent dans Uavia

Construction • inspections • immobilier Matériels & systèmes

Uavia, une start-up française basée près de Paris, a obtenu un financement de premier tour de 2 millions d'euros ($2,5M) de Airbus Ventures, Sofimac Innovation et le fonds gouvernemental F3A géré par Bpifrance. Fondée en 2015 par Clément Christomanos, Pierre Pelé et Luc Clément, Uavia a développé une plateforme logicielle permettant de contrôler les c-drones et les robots industriels sur des réseaux cellulaires 4G/LTE et de traiter leurs flux de données et vidéo. Uavia a également mis au point un c-drone baptisé « Skyguard » qui fonctionne à partir d'une station de base appelée Dronedock. Le logiciel Uavia Robotics Platform, qui s'exécute dans un navigateur Web, permet le pilotage au-delà de la ligne de visée (BVLOS) sécurisée des c-drones d'Uavia et de ceux d'autres fabricants équipés d'un modem cellulaire. Cette approche, basée sur IP (Internet Protocol), offre un moyen de contourner les limitations à courte portée des contrôleurs de c-drones par radio locale ou wifi tout en simplifiant l’intégration des données dans une architecture en nuage.

Cette annonce fait suite à la publication le 29 mars du brevet américain d'Uavia pour la technologie, trois ans après la première demande de brevet français. Le brevet décrit comment les données de pilotage sont transmises à un c-drone et les données vidéo et de télémétrie en vol sont reçues, avec une analyse de la qualité du réseau en temps réel. Les données de vol sont échangées à débit constant (CBR), tandis que la vidéo est transmise à débit variable (VBR), ajusté en fonction de la largeur totale de bande passante disponible, du signal cellulaire et du nuage Internet. La largeur de bande cellulaire des données varie généralement beaucoup, en raison de l’utilisation partagée, de la topographie et des conditions atmosphériques, tandis que la largeur de bande Internet est également sujette à des variations, par exemple en fonction du nombre de nœuds de routage pris. En cas d'encombrement, le flux vidéo est momentanément dégradé (résolution, nombre d'trames par seconde, …), l'accent étant mis sur une faible latence. La commande de vol est maintenue car ces données représentent généralement moins de 10% de la bande passante utilisée par un c-drone piloté par la plate-forme.

Cette approche de protocole Internet (IP) permet à de multiples opérateurs pour un c-drone, par exemple un utilisateur en tant que pilote, un autre en tant qu'opérateur de caméra et un troisième pour inspecter les données. La plate-forme Uavia gère les droits de manière dynamique pour ces différents profils d'utilisateurs ; dans un scénario, le contrôle d'un c-drone autonome peut être repris par un pilote en vol pour une partie délicate d'une mission ou en réponse à une situation d'urgence. Il est également possible pour un groupe d'opérateurs de piloter simultanément une flotte de drones, chaque opérateur étant spécialisé dans sa fonction pour plusieurs c-drones, partageant des tâches telles que la surveillance de vol autonome, le pilotage ou l'analyse de données en temps réel.

Globe UAV , Flytbase et un partenariat entre Terra Drone, KDDI et Zenrin au Japon sont d’autres entreprises qui développent dans le domaine du contrôle cellulaire.

La société a également annoncé la nomination de Pierre Vilpoux, conseiller de la start-up, au poste de Chief Business Officer, chargé du développement international et des partenariats industriels.

Airbus Ventures, créée en 2015 avec un capital de départ de 150M€ ($180M), est la branche de développement en phase de démarrage du groupe géant européen. Elle exploite un bureau dans la Silicon Valley qui supervise les investissements dans plus d'une douzaine de start-ups. Bpifrance est la banque publique française pour les investissements organisée en 2013 et gère le fonds F3A (Fonds Ambition Amorçage Angels) de 50M€ ($60M) pour le compte du Programme d'investissements d'avenir (PIA) du gouvernement français.