Le Delair, programmé par SenSat, a volé 12km au-delà du champ de vision au-dessus de la campagne britannique. Image: SenSat

Le britannique SenSat effectue un essai BVLOS

Construction • inspections • immobilier

Sensat, un fournisseur britannique de photogrammétrie pour les projets de construction et d’infrastructure, a testé un drone autonome à 12 km au-delà de la ligne de visée (BVLOS) dans la campagne britannique. SenSat a été fondée en 2015 et a analysé l’an dernier 9 000 km d’autoroutes britanniques avec des drones et participe au programme Infrastructure Pathfinder du gouvernement britannique, lancé en 2017 en collaboration avec l’Autorité de l’aviation civile (CAA), le Département des transports (DfT), le partenaire industriel Costain Group PLC, et le centre d’innovation Transport Systems Catapult pour aider le gouvernement à élaborer une législation pour la sécurité des opérations BVLOS. Le vol d’essai a commencé près de Ditchling, East Sussex, à environ 30km (18mi) de l’aéroport de Gatwick et à 22km (14mi) de l’aéroport de Brighton City, dans une zone limite d’espace aérien définie par la CAA.

Le c-drone, un Delair DT18-HD à voilure fixe, a été homologué pour BVLOS l’année dernière par la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) avant un vol de 50km (31mi) pour le réseau électrique de RTE en juin 2017. Cependant, le vol français était dans un espace aérien fermé le long de pylônes électriques ; celui au Royaume-Uni a survolé des champs, des fermes, des routes, une voie ferrée, des rivières et des villages. Selon NATS, le fournisseur britannique de services de navigation aérienne (ANSP), l’espace aérien britannique est l’un des plus complexes au monde avec plus de 2,5 millions de mouvements de vol dans la région d’information de vol (FIR).

Le Delair est équipé d’émetteurs-récepteurs radio à ondes courtes, wifi et 3G, pour des communications redondantes fiables avec les pilotes et les logiciels de suivi. Le vol Sensat préprogrammé de 27 minutes et demie a commencé par des cercles pour les vérifications de liaison, puis a suivi un itinéraire avec des points de cheminement virtuels. En cas de perte de signal, le c-drone a été programmé pour revenir au point de cheminement le plus récent, puis revenir au point de lancement. L’altitude de vol était programmée à 120m (390ft), ajustée automatiquement pour les collines et les vallées à l’aide de la base de données SRTM (Shuttle Radar Topography Mission) et du GPS cinématique post-traité (PPK) pour une résolution supérieure au GPS civil standard. Le c-drone transporte deux caméras, une pour la diffusion vidéo en direct vers les pilotes de surveillance et une unité 21MP orientée vers le bas pour l’acquisition de la cartographie.

SenSat crée des répliques numériques 3D précises de sites cartographiés à partir de relevés topographiques, disponibles via une application cloud appelée Mapp, qui peut être utilisée pour la planification de projets de pré-construction, la surveillance de la phase de construction et l’inspection des actifs à grande échelle.