Les start-ups finalistes de Genius NY participent à une journée des investisseurs à New York, ici en septembre 2017. Image : Genius NY

L’accélérateur d’entreprises Genius NY annonce les finalistes du concours 2019

Événements

Genius NY, un accélérateur d’entreprises basé dans le centre de l’État de New York et financé par des grandes entreprises et Empire State Development, la principale agence de développement économique de l’état de New York, a annoncé le 13 décembre la nomination des cinq finalistes de son concours 2019, Round Three. Les entreprises en phase de démarrage, choisies en novembre sur une liste courte de 15 entreprises sélectionnées parmi un groupe de 350 start-ups de c-drones ayant postulé, vont s’installer en janvier au Tech Garden du CenterState CEO à Syracuse pour le programme qui dure un an. En avril, les sociétés jeunes pousses présenteront leurs plans d’affaires à un panel de juges, se disputant un investissement direct de 3 millions de dollars (2,6 million d’euros). La start-up gagnante recevra 1 million de dollars (880.000 euros) et les autres finalistes un prix de 500.000 dollars (441.000 euros) chacun. Les entreprises cèdent 6% du capital pour participer et sont encouragées à s’enraciner et à créer des emplois à New York. Genius NY aide les entreprises finalistes à élaborer des plans d’affaires et fournit un espace d’incubateur, des indemnités d’entreprise et d’autres ressources. À la fin du cycle d’un an, Genius NY organise une réunion d’investisseurs à New York. L’année dernière, six finalistes se sont partagé les 3 millions de dollars en récompenses. Il y a deux mois, peu de temps avant d’être réélu pour un troisième mandat, Andrew M. Cuomo, gouverneur de l’État de New York, a annoncé le financement de ce programme jusqu’en 2021.

Trois des finalistes sont originaires de l’État de New York, les deux autres de Israël et l’Italie. Les finalistes sont :

  • EagleHawk (Buffalo, NY) : Fondée en 2016, EagleHawk fournit des services efficaces d’inspection des toits commerciaux à travers les États-Unis. À ce jour, la start-up a inspecté plus de 500 bâtiments et un million de mètres carrés (11 millions de pieds carrés) de toits à l’aide des technologies SIG/GIS (Système d’information géographique). Les rapports client permettent une maintenance préventive et des économies substantielles.
  • Vermeer (Brooklyn, NY) : Fondée par l’équipe qui a créé Aerobo il y a trois ans, Vermeer développe une application de drone de réalité augmentée qui permet aux cinéastes de « piloter la caméra, pas le drone » au-dessus d’un modèle virtuel de 1,5 x 1,5m (5×5 ft) du site qui est ensuite téléchargé sur le contrôleur de drone pour un vol autonome. La start-up a lancé la version bêta publique de son appli iOS pour vol de drones compatible AR il y a un mois, dans le but de simplifier les plans de vol pour l’immobilier, la construction, les inspections d’infrastructure et les assurances.
  • Civdrone (Israël) : Fondée cette année, Civdrone ajoute un mécanisme en charge utile à des drones disponibles dans le commerce pour automatiser l’arpentage et le marquage physique sur les chantiers de construction, plus rapidement et à moindre coût que les équipes humaines. Le drone atterrit à chaque point et insère des jalons marqueurs pouvant être étiquetés avec des codes QR, ce qui permet à une équipe de construction sur site d’accéder à des données précises et à des instructions actualisées sur chaque emplacement.
  • Sentient Blue (Italie) : Fondé il y a un an par des ingénieurs ayant collaboré avec des grands groupes de l’aérospatiale et des équipes de Formule 1 dans la fabrication des composants à développement rapide, Sentient Blue s’attaque au problème des temps de vol courts des drones d’aujourd’hui avec des conceptions de petits moteurs turbine à gaz qui vont permettre une puissance et une endurance étendues pour la recherche et le sauvetage, les livraisons médicales et autres applications de drones.
  • ResilienX (Syracuse, NY) : Fondée cette année, ResilienX a pour objectif d’apporter une tolérance aux pannes à la gestion du trafic aérien sans pilote (UTM) dans l’U-space émergent en automatisant la détection des pannes et la gestion des contingences dans une suite logicielle appelée FRAIHMWORK. Cette « pièce du puzzle » sera vitale pour la sécurité publique et la confiance lors des vols de routine effectués par des drones autonomes.

Genius NY est un acteur clé de l’écosystème des c-drones du centre de New York, qui comprend l’Alliance NUAIR (Northeast UAS Airspace Integration Research), le site de test des UAS désigné par la Federal Aviation Administration (FAA) à l’aéroport international Griffiss, ainsi que le corridor aérien UTM/BVLOS (gestion du trafic du système d’aéronefs sans pilote/au-delà de la ligne de visée visuelle) de 80km (50mi) en cours de développement qui a été annoncé par le Gouverneur Cuomo il y a deux ans. Les sociétés impliquées dans les tests incluent Thales, AirMap, UniFly, la filiale de GE AiRXOS [PDF], Fortem Technologies, et d’autres.

Les finalistes et lauréats des concours Genius NY précédents ont bénéficié de nouvelles séries d’investissements, ont obtenu des dérogations accordées par la FAA pour des essais en vol avancés, ont lancé des nouveaux produits, et ont été racheté par d’autres sociétés. Fotokite, la société suisse lauréat du grand prix de l’année dernière, recrute actuellement dans la région de Syracuse. Voir notre interview avec Chris McCall de Fotokite.