La société rebaptisée a plus de dix ans d’expérience dans la conception et le déploiement de drones Image : Aria Insights

Etats-Unis : CyPhy Works devient Aria Insights, faisant un revirement vers l’intelligence artificielle alimenté par drones

Construction • inspections • immobilier Matériels & systèmes Sécurité • autorités • contre-mesures

CyPhy Works, fondée en 2008 sous le nom de The Droid Works par Helen Greiner à Danvers, dans le Massachusetts, a été rebaptisé Aria Insights et a annoncé un passage de la production de drones au traitement de données et à la création de rapports à l’aide de drones. Un service intégré de drone plus traitement de données sera proposés dans les mois à venir.

CyPhy commercialise le drone PARC (Reconnaissance Aérienne Persistante et Communications) [PDF], un hexacoptère attaché pour des applications de sécurité publique, militaire et d’infrastructure industrielle. Les drones attachés sont particulièrement bien adaptés aux grands projets d’infrastructure, car ils résolvent le problème fondamental des c-drones à rotor à propulsion électrique actuels — le temps de vol limité — avec l’avantage supplémentaire d’opérations autonomes sans escales, même par mauvais temps venteux. Le c-drone PARC utilise une attache très fine en « microfilament » pour le courant et les communications, un design léger mais solide qui maximise la charge utile, jusqu’à 2,7 kg (6 lb). La longe peut maintenir le drone dans les airs pendant une semaine ou plus, à l’abri des interférences radio ou des usurpations de signaux de commande. Un spouleur robotique gère la tension d’attache ; le drone peut décoller ou revenir de son plafond légal de 400 pieds (122 m) avec le spouleur en 90 secondes. Il y a une batterie de secours à bord du drone en cas d’interruption de l’alimentation au sol ou si l’attache se sépare pour une raison quelconque ; la batterie peut également fournir une puissance supplémentaire pour la stabilisation en cas de vent excessif. Les opérateurs se concentrent sur l’acquisition vidéo ou d’autres données à la station de base ; Aria travaille sur un logiciel d’intelligence artificielle afin de réduire davantage l’inspection manuelle des données pendant ou après l’acquisition, avec des alertes en temps réel et un tracé de carte en 3D.

Les premiers contrats de la société avaient été passés avec l’armée de terre et l’armée de l’air américaine. Ils ont aussi travaillé avec les services secrets américains, l’unité de la garde présidentielle qui fait partie du département de la Sécurité intérieure. Plus récemment, à la suite du départ de son fondateur, Cyphy Works/Aria a ajouté une capacité de surveillance à altitude lors d’événements liés à la sécurité publique tels que les marathons de Tokyo et de Boston entres autres grands événements. En 2017, la Fondation UPS et la Croix-Rouge ont utilisé un drone PARC à la suite de l’ouragan Harvey pour évaluer les dommages matériels depuis les airs. La société s’est associée à Sprint pour fournir une couverture de données LTE à 2,5 GHz à partir du drone — un « tour virtuel » pour fournir ou augmenter la couverture de téléphone cellulaire au-dessus d’un concert ou dans une zone sinistrée.

En tant que CyPhy Works, Aria a déjà commercialisé des drones autres que le PARC. En 2014, la société a conçu et construit pour l’armée de l’air américaine un petit drone hexacoptère captif appelé Extreme Access Pocket Flyer pour les environnements sans GPS (tunnels, passages, ponceaux). En 2015, la société a conçu un hexacoptère grand public appelé LVL 1, capable de réaliser une vidéographie sans support de suspension en vol horizontal sans inclinaison grâce à des bras de rotor innovants « pré-inclinés » et capable de voler avec deux rotors non adjacents arrêtés. Malgré une campagne Kickstarter extrêmement réussie, près d’un an plus tard, la société a annulé le projet et remboursé les acheteurs, citant des retards d’approvisionnement en composants.

Aria souligne les avantages d’envoyer des drones plutôt que des personnes pour effectuer des travaux d’inspection dangereux, tels que ceux liés aux infrastructures pétrolières et gazières, ainsi que la puissance supplémentaire de l’analyse de données d’intelligence artificielle dans les applications de sécurité publique. La reconnaissance faciale n’est pas disponible pour le moment, ce qui est peut-être une bénédiction, car son utilisation est controversée.

La société ne communique pas de tarification standard, affirmant que les solutions de drones d’Aria sont personnalisables pour répondre au mieux aux besoins spécifiques du client. La distribution est concentrée sur le marché américain, même si la société a plusieurs contrats à l’international.